La culture de l’intelligence collective se construit à l’école

Bernard Le Clech est consultant en management et auteur du livre “Travailler dans un contexte multiculturel”. Sur son blog http://frenchie.blogspirit.com/ , il a publié une contribution : “Mondialisation et uniformisation des cultures : le contre-exemple du cas franco-allemand”.
Un passage de ce billet a retenu mon attention : “Et qu’est-ce qui est en cause pour expliquer ces différences de comportements ? Notre système d’éducation qui pousserait côté français à la compétition et, côté allemand, à la coopération . Ces différences ne sont donc pas près de s’estomper…. mondialisation ou pas.”

En quoi le système éducatif allemand pousse à la coopération ? Voici la réponse que m’a donné Bernard : “Concernant les différences culturelles franco-allemandes dans l’enseignement, tu peux lire sur le site de l’Office Franco-Allemand de la Jeunesse, véritable institution de coopération franco allemande, ce texte :
http://www.tele-tandem.org/doclies/annedussapregards/annedussapregards2.html. En voici, deux extraits significatifs : “Un enseignant français définit sa mission de la manière suivante : « j’exerce une fonction d’autorité sur mes élèves, fonction que je ne peux galvauder. Les élèves ne sont pas des partenaires qui peuvent négocier en connaissance de cause. C’est l’idéal républicain qui, à travers moi, impose sa loi.
Dans la relation pédagogique à l’allemande, l’élève et l’enseignant sont partenaires pour la réalisation des potentialités de « l’éduqué » (l’élève) et le développement de son esprit critique. La loi doit être établie dans la discussion et la négociation entre les différents intéressés, c’est-à-dire entre enseignant(s) et élèves. Toute loi édictée par une autorité supérieure peut être contestée et refusée ; elle n’a pas de légitimité en soi. Dans sa mission, l’enseignant est d’ailleurs garant de la « non-obéissance aveugle » à une loi extérieure et doit amener les élèves à l’élaboration commune d’une règle valable pour la collectivité”.

Le comportement de l’enseignant est un modèle à suivre pour l’enfant. Plus tard, il reproduira les mêmes comportements dans sa vie sociale et professionnelle.

Voir le billet :
http://frenchie.blogspirit.com/archive/2007/02/18/logique-de-collaboration-allemande-vs-logique-de-coordinatio.html

Author: Olivier Zara

www.olivier-zara.com

3 thoughts on “La culture de l’intelligence collective se construit à l’école”

  1. C’est la rentrée scolaire en France et comme chaque année les professeurs des écoles invitent les parents dans leur classe pour leur faire un petit topo sur le programme et les conditions de réussite des élèves dans leur classe. Et voici la scène que ma femme m’a rapporté (malheureusement, je n’y étais pas !). La classe est structurée en petits groupes et les enfants de CM2 (dernière classe à l’école primaire en France) sont réunis par 4. Les tables sont disposées de telle sorte que les enfants puissent communiquer entre eux et s’entraider quitte à parfois tourner le dos à la maîtresse et au tableau. Cette disposition des tables à provoquer une levée de bouclier de la part de la grande majorité des parents : disposition anti-pédagogique et anti ergonomique selon eux car les enfants tournent le dos à la maitresse. De leur point de vue, le fait que les enfants puissent travailler en groupe ne présente aucun intérêt, ce qui compte c’est qu’ils puissent bénéficier de l’enseignement de la maitresse en buvant ses paroles et en lisant ce qu’elle écrit au tableau. Heureusement, parmi les parents, il y avait un papa de nationalité danoise. Il a simplement dit qu’il avait au contraire trouvé très convivial cette disposition des tables en rentrant dans la classe. Une maman médecin est aussi venue au secours de la maitresse pour dire que l’ergonomie est de toute façon problématique car les enfants se tiennent en général très mal en classe, qu’ils aient à tourner la tête ou pas pour voir le tableau. J’aurais aimé être là pour ajouter que les entreprises dépensent des sommes d’argent colossales pour éduquer les salariés français au travail en groupe et à la coopération avec des résultats mitigés car il s’agit d’une rééducation lourde et douloureuse. Pour une maitresse qui j’espère tiendra le coup, combien cèdent devant ce conservatisme et cet aveuglement des parents !!!

  2. Certes, il y a des freins et des résistances, chez les parents entre autre, mais c’est pourtant cette maîtresse qui a vu juste en mettant les enfants en situation de collaborer. C’est le monde qui change et les parents y compris conservateurs devront s’y faire!
    Je vous invite à venir voir les formations que nous tentons de développer avec un collègue sur l’intelligence collective dans la classe.
    http://www.intelligence-collective-dans-la-classe.fr
    Merci.

Leave a Reply