Faire face à la complexité…

Je vous propose une vidéo de Laurent Saussereau qui dirige la société de conseil Yuman. Laurent évoque les concepts de compliqué et de complexe dans cette vidéo. Il est fondamental de comprendre la différence.

Voici deux définitions dans le contexte de cette vidéo, c’est-à-dire un problème de management, d’organisation, de stratégie, de développement de performance,… :

Compliqué : un problème dont on peut venir à bout avec du temps et de l’expertise technique. On parle d’un système composé d’un grand nombre de sous-systèmes, eux-mêmes composés de sous-systèmes. Un avion ou un satellite est compliqué mais on peut le démonter et le remonter. Trouver une solution et prendre une décision face à un problème compliqué n’est pas difficile si on a de l’expertise et du temps … Le problème vient quand un dirigeant pense être face à une situation compliquée alors qu’elle est… complexe ! Il pense alors qu’il a juste besoin de plus de temps et de plus d’expertise et il se trompe.

Complexe : un problème qui implique plusieurs éléments de différentes natures (entités, personnes, technologies, …) lesquels sont en interaction permanente. Bouger un des éléments du système fait bouger les autres sans qu’on puisse mesurer précisément comment le mouvement se fera et ce qui résultera de ce changement au global en particulier parce que ces éléments ne sont pas de même nature. On peut seulement constater le résultat après coup donc par l’expérience. Résoudre un problème complexe suppose d’identifier tous les éléments et d’essayer d’anticiper toutes les interactions possibles en fonction de la solution qu’on choisit. Le plus souvent, c’est très difficile… parfois impossible si c’est très complexe. On doit donc se résoudre à faire de la gestion des risques et accepter qu’on ne maîtrise pas tout. De ce fait, on associe la complexité à l’imprévisibilité parce qu’on ne contrôle jamais totalement les conséquences d’une décision sur un sujet complexe. Le corps humain est complexe, la mondialisation a rendu le monde complexe et de facto les stratégies d’entreprise deviennent aussi complexes que le monde !

Pour faire face à la complexité, Laurent évoque la place du féminin (en fait, il s’agit moins des femmes que des polarités ou des énergies dites féminines) :

L’intelligence collective est bien sûr aussi d’une grande utilité face à la complexité quand elle est intégrée dans la vie quotidienne de l’entreprise (ses finalités, sa culture, son management, son organisation, ses technologies, son fonctionnement) et non ponctuellement à la faveur d’un grand forum participatif avec tout ou partie des salariés une fois par an. C’est mieux que rien mais c’est un peu comme une piqûre de morphine quand l’organisation souffre trop. Le problème de la morphine est que son effet est temporaire !

Concernant Yuman et pour finir par une touche humoristique, voir aussi ce billet : http://www.axiopole.info/2011/10/26/take-a-smile/

Une question : fait-on la différence entre compliqué et complexe dans votre entreprise ? Ou tous les problèmes sont traités de la même manière ?… même si on sait faire la différence !

Author: Olivier Zara

www.olivier-zara.com

3 thoughts on “Faire face à la complexité…”

  1. Je dirais que les choses peuvent devenir en fait très compliquées lorsque l’on ne perçoit pas suffisamment la complexité du monde qui nous entoure. Percevoir cette complexité n’est pas forcément une tache compliquée en soi car notre cerveau est bien adapté pour faire ce travail en particulier par l’aptitude d’échanger avec les autres. En développant notre ouverture aux autres, nous apprenons à voir dans notre environnement des opportunités que nous n’aurions pas su déceler seul. Un système complexe, comme peuvent l’être certaines organisations humaines, est capable ainsi de faire émerger des propriétés qui proviennent de la qualité des interactions entre les éléments qui le composent et non directement des propriétés apportées par ces éléments. L’intelligence collective en est un des exemples. Il y en a d’autres !

Leave a Reply