L’intelligence collective vue du Japon !

Konosuke-Matsushita

Je vous invite à découvrir un extrait du discours d’un grand patron japonais, très récent puisqu’il date du mois de juin 2015 :

Nous allons gagner et l’Occident va perdre. Vous n’y pouvez plus grand-chose, parce que c’est en vous-même que vous portez votre défaite.

Vos organisations sont tayloriennes ; mais le pire, c’est que vos têtes le sont aussi.

Vous êtes persuadés de bien faire fonctionner vos entreprises en distinguant d’un côté les chefs, de l’autre les exécutants ; d’un côté ceux qui pensent, de l’autre ceux qui vissent.

Pour vous, le management, c’est l’art de faire passer convenablement les idées des patrons dans les mains des manœuvres.

Nous, nous sommes post-tayloriens : nous savons que le business est devenu si complexe, si difficile et la survie d’une firme si problématique, dans un environnement de plus en plus dangereux, inattendu et compétitif qu’une entreprise doit chaque jour mobiliser toute l’intelligence de tous pour avoir une chance de s’en tirer.

Pour nous, le management, c’est précisément l’art de mobiliser et d’engerber toute cette intelligence de tous, au service du projet de l’entreprise.

Parce que nous avons pris, mieux que vous, la mesure des nouveaux défis technologiques et économiques, nous savons que l’intelligence de quelques technocrates – si brillants soient-ils – est dorénavant totalement insuffisante pour les relever. Seule l’intelligence de tous ses membres peut permettre à une entreprise d’affronter les turbulences et les exigences de son nouvel environnement.

C’est pour cela que nos grandes sociétés donnent trois ou quatre fois plus de formation à tout leur personnel que ne le font les vôtres ; c’est pour cela qu’elles entretiennent en leur sein un dialogue et une communication si denses, qu’elles sollicitent sans cesse les suggestions de tous et surtout qu’elles demandent – en amont – au système éducatif national de leur préparer toujours plus de bacheliers, de généralistes éclairés et cultivés, terreau indispensable à une industrie qui doit se nourrir d’intelligence permanente.

Vos patrons sociaux, souvent gens de bonne volonté, croient qu’il faut défendre l’homme dans l’entreprise. Réalistes, nous pensons à l’inverse qu’il faut faire défendre l’entreprise par les hommes et que celle-ci leur rendra au centuple ce qu’ils lui auront donné. Ce faisant, nous finissons par être plus sociaux que vous !

Source : Rapport sur l’état de la technique- Sciences et techniques

Oups, j’ai fait une petite erreur au début du billet. En fait, ce n’est pas un discours de juin 2015, mais de… 1985. Son auteur est Konosuke Matsushita, fondateur de Matsushita Electric (aujourd’hui Panasonic).

Merci à Patrick Delalandre de m’avoir rappelé cette citation qui figure dans la conclusion de mon livre sur le management de l’intelligence collective. Si vous ne souhaitez pas payer 200 euros sur Amazon, je vous l’envoie gratuitement en PDF… mais patience, car je prépare la 3ème édition à paraître dans quelques mois et je compte finalement mettre cette citation en introduction 😉

Cela dit, l’Occident a beaucoup progressé depuis 1985. Certains trouveront le propos de Konosuke caricatural… en 2015, mais en 1985 ? Aujourd’hui, je ne sais pas dire qui est en retard ou en avance. Cela dépend plus des entreprises que des pays et cela n’a de toute façon aucune importance, car c’est un défi permanent. L’intelligence collective n’est jamais acquise, elle se gagne par des actions au quotidien : réfléchir (se poser des questions avant de chercher des solutions) dans les situations complexes (pages blanches). Tout comme la cohésion d’une équipe, l’intelligence collective peut naître, se développer et disparaître.

À méditer pour l’été… Bonnes vacances à tous !

 

Author: Olivier Zara

www.olivier-zara.com

14 thoughts on “L’intelligence collective vue du Japon !”

  1. L’intelligence collective pourrait devenir une seconde nature dans nos organisations, ce serait chouette. Après tout dépend des intentions et de l’objectif poursuivi.
    Et en ce qui concerne le Japon, je vois aussi des reportages qui nous montrent les after-work avec les hommes peu présents dans leurs familles, des femmes qui majoritairement ont du mal à s’épanouir professionnellement et les cours de soutien scolaire qui commencent dès la maternelle dans la perspective de faire sa place dans la société, sinon rien! A méditer aussi.

  2. Les barrières mentales sont bien plus difficiles à abattre que les murs…

    Je suis extrêmement intéressé par ce sujet.
    Parce que je suis convaincu que la résolution d’un problème commence par la prise de conscience de celui-ci et parce que ce discours “de principe” de 1985 et devenu un réalité d’urgence en 2015 !
    S’il est donc possible d’obtenir gratuitement votre livre en PDF, j’en ferai volontiers ma lecture de vacances … en attendant d’en faire activement mon argumentaire de rentrée 😉

    Merci pour cette publication, qui circule, qui fait son effet, et qui génère de la prise de conscience !

  3. Bonjour,
    je suis plus que convaincu de la pertinence de ce billet travaillant moi meme dans une societé japonnaise.
    je souhaiterai recevoir votre livre en pdf

    merci d avance

Leave a Reply