Connaissez-vous les marchés prédictifs ?

Prediction-market

Je vous invite à découvrir le concept de marché prédictif (prediction market) à travers l’extrait d’une page du site www.hypermind.com :

Un marché prédictif est une plateforme de paris en ligne conçue pour prévoir le futur en mobilisant l’intelligence collective.

Chaque prévision est cotée sous forme d’actions, un peu comme l’est une entreprise en bourse. Si la prévision est avérée, son action vaut 100 ; si elle ne l’est pas, son action ne vaut rien. Tant que la réalité n’a pas confirmé ou infirmé une prévision, les « traders » peuvent s’échanger les actions à un prix qu’ils négocient entre eux dynamiquement – sans l’intermédiation d’un bookmaker – et qui évolue naturellement au fil de l’actualité. Le marché récompense ainsi ceux qui investissent au plus tôt dans les prévisions qui se réaliseront. On gagne d’autant plus que l’on a raison avant les autres.

Par ailleurs, le prix de chaque prévision, négocié entre 0 et 100, reflète précisément le consensus collectif des traders sur la probabilité qu’elle se réalise. Un prix de 30 indique une probabilité de 30% ; un prix de 75 indique 75% de chances, etc.

Depuis que le premier marché prédictif moderne – via internet – fut mis en place par la business school de l’Université de l’Iowa, il y a plus de 25 ans, cette forme d’intelligence collective a démontré, étude après étude et sur le terrain, une étonnante capacité à mieux prévoir le futur que les sondages d’opinions ou les experts attitrés. Quel que soit le domaine des prévisions – élections, géopolitique, sport, économie, cinéma, médecine – la supériorité du marché est à chaque fois vérifiée.

Déjà en 2003, au vu des performances du marché prédictif NewsFutures, le magazine New Yorker concluait : « Les traders de NewsFutures font comme les éditorialistes, commentateurs TV et conseillers du Président qui essaient quotidiennement de prévoir l’avenir. La différence est que le marché prédictif a bien plus de chances d’avoir raison. »

Quelques années plus tard, le magazine The Economist concluait en 2007 que : « les futurologues les plus écoutés de nos jours ne sont pas des individus mais les marchés prédictifs, où les pronostics d’une multitude de gens informés sont consolidés en probabilités fiables. »

Enfin, en 2013, l’éditorialiste du New York Times David Brooks voyait en cette méthode un avantage compétitif géopolitique : « Si j’étais le président Obama, ou John Kerry, je voudrais ces prévisions sur mon bureau. »

Lire la suite…

Qu’en pensez-vous ?

Author: Olivier Zara

www.olivier-zara.com

Leave a Reply