Intelligence collective : nettoyeur de biais cognitifs

Je vous invite à percevoir l’intelligence collective comme un élément majeur d’un système de prise de décision. Attention, il ne s’agit pas de décision collective (cf. mon article Décision collective = engagement ?) mais d’une façon de gérer les risques dans une prise de décision pour tendre vers l’excellence décisionnelle.

Le plus gros risque dans une prise de décision, ce sont les biais cognitifs. Ils vous collent à la peau même après plusieurs lavages : avoir conscience de vos biais ne vous sera d’aucune utilité !

La bonne nouvelle est que l’intelligence collective est un nettoyeur de biais cognitifs pour les prises de décision en situation complexe, en particulier à travers la méthode du Codev stratégique. Si vous en doutez, je vous invite à regarder cette courte vidéo d’Olivier Sibony :

Olivier Sibony nous propose 3 techniques à utiliser systématiquement dans les processus de prise de décision : l’avocat du diable et de l’ange (favoriser l’expression des contradictions), le pre-mortem (imaginer le scénario catastrophe) et une liste de critères.

Ces techniques (et bien d’autres) sont utilisées naturellement par les participants lorsqu’on anime une réunion en mode Codev stratégique. En prenant l’analogie de la méthode des 6 chapeaux, à chaque tour de table, les participants vont prendre différents chapeaux pour nettoyer les biais cognitifs.

Bien sûr, si vous mettez un collectif autour d’une table sans méthode, sans processus, il ne va nettoyer aucun biais : pensée balistique (tirer sur les idées différentes des miennes), se battre pour prendre la parole ou la garder, monopoliser la parole, le ping-pong verbal, les joutes, le chef qui parle en premier et modélise la pensée du groupe. Un collectif n’est donc pas naturellement intelligent surtout quand le chef anime la réunion… c’est même tout le contraire..

Comme l’explique Olivier à la fin de sa présentation, cela suppose un leader à l’écoute et qui maîtrise donc une compétence fondamentale : savoir se taire. L’avion est le moyen de transport le plus sûr au monde parce que lorsqu’il y a un problème à bord, le commandant de bord doit s’exprimer en dernier. C’est une règle fondamentale de la sécurité aérienne pour ne pas crasher un avion. Il en va de même pour une décision.

Qu’en pensez-vous ? Dans votre organisation, lors de réunion pour prendre des décisions, le chef parle en premier ou en dernier ? Que faites-vous pour nettoyer les biais cognitifs dont vous n’avez aucune conscience ? Comment évaluez-vous votre excellence décisionnelle ?

Merci à Martin Duval de m’avoir remis sur la piste de ces biais alors que je lisais le dernier chapitre de son livre sur l’open innovation !

Author: Olivier Zara

www.olivier-zara.com

One thought on “Intelligence collective : nettoyeur de biais cognitifs”

Leave a Reply