Web 2.0 Expo

La Web 2.0 Expo se déroule du 15 avril au 18 avril à San Francisco. Voici un billet de Mashable France qui présente 15 sociétés participant à l’évènement :

http://fr.mashable.com/2007/04/15/15-startups-a-la-web-20-expo/

Parmi ces sociétés, je vous recommande de visiter :

>> Pour l’innovation ascendante

Cambrian House est un espace qui réunit des personnes impliqués dans la création de projets web de différents domaines d’expertises afin de travailler ensemble sur un projet. Les idées peuvent être postés par les utilisateurs (développeur, graphistes, marketeur…) et le reste des membres peuvent choisir le projet qu’ils désirent rejoindre pour travailler dessus en équipe. Le site est construit autour de l’idée du crowsourcing pour accomplir un projet d’une manière collaborative en y prenant du “plaisir”.

>> Pour le travail collaboratif mode fichiers partagés

Egnyte est un sytème de gestion de fichiers pour particuliers, professionnels et entreprises. Vous sélectionnez des fichiers/dossiers sur votre disque dur et Egnyte les synchronise sur un espace de travail virtuel. Vous accédez à vos fichiers de n’importe quel poste mais surtout vous pouvez les partager avec une ou plusieurs personnes dans le cadre d’un projet. Dès que vous mettez à jour un fichier sur votre disque dur, il est automatiquement mis à jour sur votre espace de travail. Malin et gratuit dans la limite de 1Go ! Un service de synchronisation continue très efficace pour du travail collaboratif/échange de fichiers.

>> Pour la webconférence

Yugma est un service de conférence en ligne pour faire des présentations, partager son clavier/souris, organiser des Chats (publics et privés), partager des documents… nécessitant le téléchargement et l’installation d’une application (compatible PC et Mac). Il propose un service gratuit jusqu’à 10 personnes et des services payants au-delà.

Source : http://fr.mashable.com/

Mashable France est un blog exclusivement dédié aux réseaux sociaux et communautés virtuelles. Il est géré par Aziz Haddad (version française) et Pete Cashmore (pour la version anglaise) Experts et passionés de nouveaux medias.

Forums de discussion, Blogs et Wikis : symbole de la génération participation ?

Il y a sur AgoraVox un excellent article de Serge Soudoplatoff : Forums sur Internet et participation collaborative“. Je profite de cet article pour revenir sur la différence entre les forums, blogs et wikis. Ces outils ont été conçus pour répondre à des besoins différents (informer, écrire à plusieurs, réfléchir ensemble) mais ils reposent sur une même philosophie, une même vision de l’avenir, une même culture : celle de la génération participation dont nous parle Thierry Maillet dans son livre (voir ci-dessous).

– Un blog est un outil d’expression individuelle. Une personne va publier des articles (billets) pour partager ses idées, ses opinions avec d’autres personnes qui vont devenir ses lecteurs. Lorsqu’on autorise plusieurs personnes à écrire dans son blog, il ne devient pas collaboratif ou collectif mais collégial. Dans ce cas, on partage un espace de publication à plusieurs comme on partagerait un appartement. Le responsable d’un blog peut autoriser ses lecteurs à faire des commentaires sur son contenu mais il peut aussi l’interdire ou supprimer les commentaires qui ne lui plaisent pas. Un blogueur garde donc le contrôle total du contenu publié sur son blog comme l’éditeur d’un journal ou l’auteur d’un livre.

– Un Wiki est un outil d’écriture collective qui permet à chacun de participer à la rédaction d’un texte collectif. Chaque utilisateur peut modifier un texte en partie ou en totalité. On suit l’historique des modifications. L’outil ne propose aucun système de régulation, c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’utilisateurs ayant des droits supérieurs aux autres en terme de création et de modification. C’est donc un système non hiérarchique. De ce fait, ce système nécessite une discipline stricte (une netiquette) ou une équipe d’animateurs pour réguler le potentiel anarchique de l’outil.
C’est le cas de Wikipedia qui fonctionne efficacement grâce à des animateurs très nombreux qui forment une sorte de “clergé” gardien de l’orthodoxie, c’est-à-dire des règles qu’ils ont eux-même édictées. Par exemple, on ne peut pas publier la biographie d’un auteur s’il n’a pas écrit au moins 2 livres… mais certains auteurs ayant publié 3 livres sont quand même exclus pour diverses raisons discutées dans des forums utilisés par les animateurs pour se mettre d’accord sur ce qui reste ou disparaît de l’encyclopédie.
Certains wikis intègrent donc des forums de discussion pour discuter en cas de conflit entre les participants qui rédigent le texte collectif.

– Le forum de discussion est un outil de réflexion collective. C’est l’outil le plus performant pour créer de la collaboration, c’est-à-dire la possibilité d’une co-construction ou co-création. Le forum de discussion essaye de reproduire les mécanismes d’interaction et de communication à l’oeuvre dans une réunion face à face. Certains forums y arrivent plus ou moins en fonction de leur niveau de sophistication. Mais quelle que soit leur efficacité, les forums sont conçus pour permettre la controverse, la confrontation et la fertilisation des idées. C’est une machine à produire des idées plus que des contenus structurés comme le permettent les wikis ou blogs. Tout comme les wikis, il nécessite un ou plusieurs animateurs compétents pour l’animation de communautés virtuelles.

Quel que soit l’outil dont on parle, il est très important de toujours faire la différence entre l’outil et l’usage de l’outil.
Les blogs et wikis sont très efficaces pour informer (publier un contenu) et recueillir éventuellement un feed-back sur ce contenu. Utiliser un blog ou un wiki pour discuter, c’est possible tout comme il est possible de traverser le désert à pied plutôt qu’en avion. A titre de comparaison, de nombreuses discussions sont lancées chaque jour via l’e-mail, qui est un outil de communication, et si vous avez eu l’occasion d’y participer, vous verrez que tout va bien tant que tout le monde est d’accord et que la discussion ne dure pas trop longtemps !
Ce n’est pas parce qu’on discute par e-mail (usage) que l’e-mail est un outil de discussion, c’est-à-dire conçu pour structurer et rendre efficace une discussion, aider à produire une décision, faire émerger des consensus, laisser un temps de maturation en ayant la possibilité d’arrêter puis de reprendre la discussion…

Pour poursuivre la réflexion, je vous propose donc de lire cet article de Serge Soudoplatoff :

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=16210

Thierry Maillet vient de publier “Génération Participation – de la Société de Consommation à la Société de Participation” aux Editions MM2 Editions. Je vous conseille de regarder son interview lors de la conférence Web 3. Je partage totalement son analyse :

http://portal.vpod.tv/vpodcluster21_generationp/69788/videoPlayer/fs/autoPlay/0

La couverture de son livre :

(cliquez sur l’image pour commander sur Amazon)

La langue de l’intelligence collective

Le laboratoire de recherche en intelligence collective de l’université d’Ottawa dirigé par Pierre Lévy travaille à la création d’un metalangage qui permettrait aux ordinateurs de comprendre les données qu’ils stockent et font circuler. Il s’agit de l’IEML pour “Information Economy Meta Language”, voir http://www.ieml.org .
L’IEML s’adresse essentiellement à deux catégories de personnes : les architectes de l’information et les chercheurs en sciences humaines intéressés par les langages formels. La majorité des utilisateurs humains d’IEML n’auront pas besoin d’apprendre le métalangage.

Voici un article de presse (Libération) pour poser le cadre :
http://www.ieml.org/IMG/pdf/IEML-LIBE.pdf

Je retiens de cette interview : “L’internet est comme le cerveau de l’intelligence collective, avec une multitude de connexions entre les êtres.”

A voir également cette interview sur NextModernity dans laquelle Pierre Lévy nous livre sa vision du Web 2.0 :

Denis Failly – “Pierre Levy, compte tenu de vos recherches, pratiques, et nombreux écrits autour des usages des Tic et de leur implication en terme culturels, sociaux, cognitifs, d’intelligence collective, quel est votre regard sur le “paradigme” Web 2.0.”

Pierre Levy – “Je suppose que vous entendez par « web 2 » la liste suivante :

le développement de la blogosphère et des possibilités d’expression publique sur le web,
– l’usage croissant des wikis,
– le succès mérité de wikipedia,
– la multiplication des processus de partage d’information et de mémoire (delicious, flicker, etc.),
– la tendance générale à considérer le web comme une sorte de système d’exploitation pour des applications collaboratives et autres,
– la montée des logiciels sociaux et des services tendant à accroître le capital social de leurs usagers,
– la montée continue des systèmes d’exploitation et des logiciels à sources ouvertes,
– le développement du P2P sous toutes ses formes (techniques, sociales, conceptuelles)…

La liste n’est pas close.

Tout cela manifeste une exploration sociale des diverses formes d’intelligence collective rendues possibles par le web et représente donc une évolution très positive. Mais, en fin de compte, il s’agit d’une exploitation par et pour le plus grand nombre de potentialités qui étaient techniquement et philosophiquement déjà présentes dès l’apparition du web en 93-94. Je vois là une maturation culturelle et sociale du web (qui a été conçu dès l’origine par Tim Berners Lee pour favoriser les processus collaboratifs) plutôt qu’un saut épistémologique majeur.”

Source : http://nextmodernitylibrary.blogspirit.com/archive/2006/07/13/ieml.html

Les blogs produisent-ils de l’intelligence collective ?

Rien ne destinait les blogs à produire de l’intelligence collective …ni même de l’intelligence individuelle ! A la base, c’est un journal intime en ligne dans lequel on peut partager les choses qu’on a envie d’exprimer sur sa vie. L’outil lui même (le blog) n’est rien d’autre qu’un outil de publication en ligne pour utilisateurs sans connaissance technique. Par rapport à d’autres outils permettant de gérer la créativité ou des discussions, le blog apparaît simpliste et inefficace.

Pourtant, comme souvent avec les technologies, les usages sont passés par là et on peut aujourd’hui dire que les blogs, tout comme les wiki (outil d’écriture collective, une sorte de blog collaboratif), ont créé des espaces d’intelligence collective. L’outil étant simple et simpliste, quand on mesure les efforts déployés et le temps passé, on ne peut pas dire que ce soit très efficace, mais le résultat est là !

Quatre éléments ont permis aux blogs de sortir du journal intime égocentrique :
– une masse très importante de blogs qui forment ensemble une blogosphère
– de plus en plus de blogs utilisés par des experts, leaders d’opinion, journalistes,…
– des technologies connexes qui ajoutent un peu de structure et d’ordre dans le chaos, en particulier grâce au système des tags (folksonomie) et aux moteurs de recherche spécialisés sur les blogs.
– une démarche communautaire (le “Blogroll”) qui fait que les experts d’un même domaine se regroupent en faisant des liens entre leurs blogs respectifs. Non seulement, ils augmentent leur rang d’apparition dans les résultats d’une requête sur Google, mais en plus ils permettent aux visiteurs d’accéder plus facilement à d’autres sources d’informations sur le même thème.

Cependant, il est vrai que la plupart du temps, un blogueur n’est pas un expert et que la très grande majorité des blogs sont des journaux intimes. Il faut donc distinguer 2 blogosphères :

1. La blogosphère des journaux intimes où l’on raconte sa vie. Pas besoin d’être un expert pour raconter mavie.com, ni de savoir écrire. Exhibitionnisme ou ego-trip si on veut critiquer. Besoin de partage, d’appartenance, de reconnaissance si on veut positiver et montrer l’utilité sociale.

2. La blogosphère des experts, leaders d’opinion, journalistes, des “professionnels amateurs” (voir Wikipedia pour ce concept), des cybercitoyens et cyberpoliticiens, qui produisent des contenus et réfléchissent ensemble sur divers sujets. L’ego-trip n’est pas forcément absent mais il y a une dynamique collective plus marquée. Cette blogosphère contribue au développement de l’intelligence collective car il s’agit d’un espace à part entière de partages des connaissances et d’échanges à travers les commentaires fait sur les billets.

Ces 2 blogosphères sont mélangées puisqu’on ne parle en général que de LA blogosphère. D’où un certain nombre de critiques liées à cet amalgame :
– l’infobésité, mais les moteurs de recherche sont là pour permettre de choisir la blogosphère dans laquelle on veut attérir !
– l’émotionnel, qui aboutit à des vagues d’indignation qui ne sont pas forcément fondées dans les faits, mais je ne pense pas que les blogs créent plus ou moins de vagues d’indignation que les médias traditionnels. Par ailleurs, réagir émotionnellement, n’est-ce pas le propre de l’humain ? Pourquoi s’en indigner sur Internet plus que dans le monde réel ?
– les manipulations, mais elles font partie de notre quotidien. Le blog est un outil comme un autre au service de manipulateurs. ça les rend peut-être plus performants mais ça n’augmente pas forcément la quantité des manipulations que nous subissons…
– l’individualisme, mais les blogs ne modifient pas la réalité. Ils ne font que la photographier ! Cela n’augmente pas l’individualisme, ça l’explicite, ça le rend visible ! Par ailleurs, le “Je” et le “Nous” sont les 2 dimensions importantes de notre vie (l’individuel et le collectif). Il est vrai que si “Je” oublie “Nous”, c’est dangereux car cela génère de l’irresponsabilité collective. Mais quoi de plus normal pour un expert, un leader d’opinion, d’affirmer son opinion avec un “Je” ? Est-on toujours un leader ou un expert quand on dit : “On pense que…” ?

En conclusion, les blogs sont un média alternatif, interactif et participatif qui s’imbriquera progressivement avec les médias traditionnels. A terme, ils se renforceront mutuellement dans une dynamique d’info-diversité qui favorisera le développement de l’intelligence collective car le blog répond au besoin humain de liberté d’expression individuel. Et bien que le blog ne soit pas conçu pour gérer la dimension collective, il n’est pas impossible que les usages actuels, et surtout futurs, permettent de créer une certaine forme d’auto-organisation dans des communautés d’intérêts.

N’ayant scandaleusement lu aucun livre sur le thème des blogs ou wikis (… par manque de temps et non par manque d’intérêt), j’ai écrit ce billet à partir de mes observations, d’articles de presse, de mon intuition, d’échanges avec mon ami Eric Seulliet et surtout du contenu publié sur l’espace ConstellationW de Michel Cartier qui m’a beaucoup inspiré (cf. newsletter du 24 octobre 2006, voir www.constellationw.com ). J’attends avec impatience vos critiques sur ce billet pour former et déformer la suite de ma réflexion sur le sujet 😉